Cœur de Silex

Une invitation à Pauline Curnier Jardin, artiste en residence, mise en forme par La Galerie
25/02/2012 – 21/04/2012

Avec : Karina Bisch, Pauline Curnier Jardin, Das Dingbât, Rachel Garcia, Laura Gozlan, Elina Juopperi, Nina Lassila, Marie Losier, Maja Nilsen, Elisa Pône, Marie Proyart, Catriona Shaw

 

Programme de performances, concerts, conférences, films avec : Arlt, Gwyneth Bison, Eloïse Decazes et Eric Chenaux, les endimanchés/Alexis Forestier,

Simon Fravega, Dominique Gilliot, Hélène Iratchet, Midget!, Mosh-Mosh, Marguerite Vappereau,

X and the End (Electronicat & Miss le Bomb)

 

 

Suite à un appel à projets intitulé “Rituels à distance : mises en scène, arrangements, traces du rituel dans l’art d’aujourd’hui”, le jury a choisi Pauline Curnier Jardin pour venir vivre neuf mois en résidence à Noisy-le-Sec.

La nature particulière de son travail, marqué par une profusion formelle et par de multiples collaborations avec des artistes de la performance, du cinéma et de la musique, m’a amenée à revoir le format de cette exposition. J’ai invité Pauline Curnier Jardin à réaliser un choix d’artistes parmi ceux avec qui elle avait travaillé. “Coeur de silex” est donc le résultat de cette carte blanche, qui se déploie aujourd’hui sous forme d’une exposition et d’un programme d’évènements mis en forme par l’équipe de La Galerie.

 

L’exposition “Coeur de silex” a été pensée par Pauline Curnier Jardin en même temps qu’elle réalisait un film du même nom, inspiré par l’histoire enfouie de la ville. L’exhumation à Noisy-le-Sec au début du 20e siècle d’un silex biface du Paléolithique – hache enterrée jusqu’au moment de cette fouille – apparaît comme un signe prémonitoire du traumatisme causé par le bombardement du 18 avril 1944 sur la gare de triage par les alliés. Dans l’intervalle, la coïncidence veut qu’au lieu même où se trouve aujourd’hui le centre d’art, existait dans les années 30 un musée de la préhistoire où fut exposée la hache déterrée.

 

La scénographie de l’exposition s’articule ainsi à partir d’une pierre dressée conçue par Rachel Garcia pour la salle des colonnes, sorte de clairière où se déroulent tout au long de l’exposition les évènements “On the biface” tels des cultes imaginaires adressés à cet étrange objet minéral, et à partir duquel rayonnent les oeuvres de l’exposition. Au sous-sol de La Galerie est aménagée une grotte consacrée au projet Grotta Profunda les humeurs du gouffre.
Bienvenue dans la nébuleuse “Coeur de Silex”, où l’accessoire se fait sculpture, l’installation se fait costume, la mise en scène se fait dessin, dans une confusion délibérée de formes transitoires. Où l’humain se mue en animal, végétal ou minéral mais parfois aussi en objet. Où l’archaïque croise le burlesque. Où les figures des avant-gardes, les films de séries B et les arts et traditions populaires se côtoient dans une “dé-hiérarchisation” des genres.

 

Marianne Lanavère

Autour de l’exposition

  • 24/02/2012

    • 20h : concerts Arlt + Eloïse Decazes et Éric Chenaux

  • 03/03/2012

    • 17h30 :

    conférence “Les enfants monstres à travers l’histoire du cinéma” par Marguerite Vappereau

    + Concert de X and the End (Electronicat & Miss le
    Bomb) (chansons populaires mélodramatiques)

  • 31/03/2012

    • 17h30 :

    Performances, Dominique Gilliot +
    Gwyneth Bison

  • 21/04/2012

    • 17h30 :

    Simon Fravega (performance), Hélène Iratchet (danse), Midget ! (concert folk expérimentale), les endimanchés/Alexis Forestier (punk rural), Mosh Mosh (comédie death metal électrique)