Matière à paysage

Lara Almarcegui, Katinka Bock, Angela Detanico & Rafael Lain, EZCT Architecture & Design Research, Vincent Ganivet, Beat Lippert, Gyan Panchal
20/09/2008 – 23/11/2008

L’exposition “Matière à paysage” a été conçue par La Galerie en collaboration avec l’artiste Simon Boudvin et en réponse à l’invitation du Conseil général de la Seine-Saint-Denis à participer à la 9e biennale Art Grandeur Nature “Zones Urbaines Partagées”. Elle s’inscrit dans les Journées du patrimoine qui portent cette année à Noisy-le-Sec sur la cité expérimentale de Merlan.

 

“Matière à paysage” traite de l’architecture comme paysage cyclique de la matière, témoin du passage de la ruine au chantier. Les œuvres laissent de côté considérations urbanistiques et typologies architecturales pour refléter davantage l’origine des matériaux de construction, leur usure et leur devenir. Tandis que certaines tentent d’organiser le chaos, d’autres au contraire choisissent d’en perturber l’ordre. Inspirée de problématiques historiques propres au land art, l’exposition déplace la réflexion autour du paysage entropique vers une matérialité urbaine en constante transformation. Comme le ferait un apprenti garagiste, la construction est démontée, pièce par pièce. Les éléments sont posés au sol : terrains, matériaux, chauffages, lumières, logiques d’assemblages… S’offre alors à notre regard un paysage disloqué, telle une composition sans mortier.

 

Voici la composition :

 

Le terrain : Le dictat du form follows function1 a créé – les fonctions une fois révolues – des formes-déchets, des ruines, des vides. Lara Almarcegui archive ces espaces délaissés ou en attente, nous rapporte son inventaire.

 

Les éléments : Gyan Panchal condense le tableau de Mendeleïev en une superposition de signes, figure d’un matériau de synthèse totale ou dernière matière composite possible. Il utilise un matériau d’isolation, habituellement caché, pour créer une ébauche d’architecture. Angela Detanico & Rafael Lain imaginent un alphabet numérique composé d’unités de matériaux de construction que les visiteurs sont amenés à déchiffrer. Lara Almarcegui pèse La Galerie de Noisy-le-Sec, énumère et quantifie chaque matériau du bâtiment.

 

La poussière : Vincent Ganivet étale de la poussière de chantier sur une plaque vibrante fixée à un compresseur : des spirales et de régulières perturbations se meuvent lentement. Il présente au sol un autre mandala de chantier fait d’empreintes du montage de l’exposition – coupes, copeaux et chutes produits par les régisseurs.

 

La chaleur : Katinka Bock rouvre un conduit de cheminée dans La Galerie pour créer un foyer qui réemploie la tôle de la maison Brissonneau et Lotz2.

 

L’eau : Katinka Bock dévie l’eau de pluie tombant sur le toit de la maison Brissonneau et Lotz et qui a contribué en partie à la faire rouiller, pour construire une fontaine à partir d’un bassin trouvé sur place et qui rouillera à son tour pendant l’exposition.

 

La lumière : La fonction première des fenêtres démurées par Angela Detanico & Rafael Lain n’est plus de faire pénétrer la lumière dans la maison Coignet2, ni d’offrir des points de vue à ses occupants, mais d’émettre, tel un phare sur la ville, des faisceaux lumineux qui scrutent l’horizon.

 

Les logiques d’assemblage : Les pavés que Katinka Bock a désolidarisés pour les plonger dans du goudron se répandent de manière organique sur le plancher. EZCT Architecture & Design Research propose à un programme informatique de générer des chaises à partir d’une unité de 8 cm3 suivant un algorithme génétique. Le programme ne connaît pas la solution traditionnelle du mobilier à quatre pieds et crée des formes tantôt complexes, tantôt grotesques. Beat Lippert ramasse le gravier de sa zone d’extraction pour le ranger par calibres. Le système de rangement en colonnes des petits cailloux dessine une traduction graphique de cette folle comptabilité.

 

Simon Boudvin et Marianne Lanavère

 

1. “La forme découle de la fonction”, principe énoncé par l’architecte américain Louis Sullivan (1856-1924).

 

2. Une extension de l’exposition à la cité expérimentale de Merlan réanimera deux pavillons abandonnés, la maison Brissonneau et Lotz et la maison Coignet. La cité de Merlan est un quartier de Noisy-le-Sec planifié au lendemain du bombardement de 1944 pour reloger les Noiséens sinistrés, mais aussi un concours expérimental d’architecture pour concevoir une cinquantaine de maisons rapides à bâtir, peu onéreuses et innovantes. Des pavillons en bois d’inspiration nordique, des containers en tôle avec des toits à double pente, de faux mobile homes américains… L’expérience prit l’ambition d’un Case Study House version populaire sans qu’aucune publication ne paraisse. Aujourd’hui, en cherchant bien, on y trouve une maison de l’atelier Prouvé sous une épaisse couche de crépis beige,des détails d’assemblage métallique sous un parement de pierre façon bretonne.

 

Lara Almarcegui, Katinka Bock et Angela Detanico & Rafael Lain ont été invités à créer des œuvres spécifiques pour la biennale Art Grandeur Nature, en lien avec un contexte architectural qui s’étend de La Galerie – une villa fin XIXe qui accueille aujourd’hui le centre d’art – à la cité expérimentale de Merlan.

Autour de l’exposition

  • 20/09/2008

    de 19 h 30 à 22 h 30
    “Lighthouse”, installation d’Angela Detanico & Rafael Lain, Maison Coignet, cité expérimentale de Merlan, Noisy-le-Sec.
    Projet proposé dans le cadre de la biennale Art Grandeur Nature en Seine-Saint-Denis.

    14h et 16h30
    Visites patrimoniales à la découverte de l’histoire de la cité expérimentale de Merlan en partenariat avec le CAUE 93, dans le cadre
    des Journées du patrimoine.

  • 21/09/2008

    de 19 h 30 à 22 h 30
    “Lighthouse”, installation d’Angela Detanico & Rafael Lain, Maison Coignet, cité expérimentale de Merlan, Noisy-le-Sec.

    14h et 16h30
    Visites patrimoniales à la découverte de l’histoire de la cité expérimentale de Merlan en partenariat avec le CAUE 93, dans le cadre
    des Journées du patrimoine.

  • 27/09/2008

    de 19 h à 20 h 30
    Concert du collectif Ouïe/Dire, proposé par les Instants Chavirés dans le cadre de la biennale Art Grandeur Nature en Seine-Saint-Denis.

  • 04/10/2008

    Taxi tram :
    Double visite en autocar de La Galerie et du Forum de Blanc-Mesnil.

  • 09/10/2008

    “Un temps pour l’art” : ateliers d’analyse des œuvres en deux séances, à La Galerie et à la cité expérimentale de Merlan (16/10), et visite de l’exposition “La spécificité des sols” incluant Vincent Mauger, Ouïe/Dire et Raphaël Zarka aux Instants Chavirés, (Montreuil).

  • 18/10/2008

    10h
    Conférence/projection de vidéos de Nathalie Junod Ponsard, auditorium de la Médiathèque Roger-Gouhier, Noisy-le-Sec, et visite de son intervention artistique au Collège René-Cassin de Noisy-le-Sec. Dans le cadre du Festival multiculturel de Noisy-le-Sec, en partenariat avec l’association l’Orange rouge.

  • 24/10/2008

    de 21 h à 23 h
    Projection “Fiac Cinéma” :
    Films d’artistes proposés par les centres d’art pendant la Fiac (film proposé par La Galerie : L’architecte de Simon Boudvin, 2008), au Palais de Tokyo, (Paris).

  • 15/11/2008

    14 h
    Visites à deux voix “Patrimoine et création contemporaine” à la cité expérimentale de Merlan avec Hélène Caroux, historienne, service du patrimoine culturel du Conseil général de la Seine-Saint-Denis.

  • 22/11/2008

    de 18 h à 19 h 30
    Conférence de Gilles A. Tiberghien, philosophe, sur le paysage entropique.