Exposition en cours

Le Pouvoir du dedans

Tiphaine Calmettes, Euridice Zaituna Kala et les œuvres déjà là de Laëtitia Badaut Haussmann, Emmanuelle Lainé et Benjamin Valenza, Sébastien Rémy et Cyril Verde

“Ensemble, nous voulons faire de La Galerie un lieu de vie accueillant, le faire dévier de sa course le temps de l’exposition. Pour cela, il s’agit pour nous de créer les conditions d’une expérience hyper-sensible et pluri-sensorielle, d’élargir nos régimes d’attention aux phénomènes ambiants, d’accueillir des expériences extra-rationnelles qui puisent dans des couches souterraines aux dimensions multiples : historique, esthétique, énergétique, spirituelle. Nous abordons La Galerie comme un organisme vivant complexe pour y créer un laboratoire sensoriel, ésotérique, aux fonctionnements aléatoires. Ce laboratoire dessine un paysage polymorphe, ouvert, à arpenter. Cette vaste installation agira sur l’ambiance et accueillera en son sein les visiteurs·euses et des invité·e·s – artistes, penseurs, écrivain·e·s, performeur·e·s, etc. –  à y trouver leur place et à s’y adapter.
Quel usage faire des savoirs et des pratiques de l’éco-féminisme ? Comment accéder à la conscience d’être à soi et d’être ensemble ? Quels sont les gestes curatifs que nous pouvons déployer ?
Pour mener ce processus exploratoire du lieu, nous allions des savoirs traditionnels mineurs, entre magie et rites animistes, à des technologies intelligentes comme autant de nouvelles possibilités de langages, de représentations et d’expression de nouvelles subjectivités ancrées dans un lieu. Il s’agit pour nous de proposer une expérience sensorielle qui nous permette d’habiter collectivement l’espace, d’en faire un lieu activé par des relations affectives, par une attention particulière aux autres et qui touche à l’âme de La Galerie. Nous sommes tous et toutes des initié·e·s. ”
Elise A., Tiphaine C., Euridice Z. K.

 

Les œuvres d’Emmanuelle Lainé et Benjamin Valenza, de Laëtitia Badaut Haussmann et de Sébastien Rémy et Cyril Verde dessinent les contours flous de cet environnement et le relient à l’histoire récente de La Galerie, un centre d’art en transition, entre deux directions.