Projets extérieurs

Avec les structures culturelles de Noisy-le-Sec

La Galerie organise des actions communes avec  les structures culturelles de Noisy-le-Sec : le Théâtre des Bergeries, la Médiathèque Roger-Gouhier, le Conservatoire intercommunal agréé de musique et de danse, le Cinéma intercommunal Le Trianon autour de nos expositions à La Galerie et  des programmations des différents équipements.

1) “Parcours croisés” avec le Théâtre des Bergeries

Les “Parcours croisés” sont conçus en collaboration avec le Théâtre des Bergeries autour de thématiques et de réflexions communes et sont l’occasion de créer des liens entre les arts visuels et le spectacle vivant.
Les groupes peuvent ainsi suivre la création d’un spectacle, rencontrer des comédiens, metteurs en scène, auteurs, danseurs ou chorégraphes et enrichir leur expérience artistique par une visite des expositions de La Galerie et des ateliers menés en classe par un artiste-intervenant.

En 2016-2017
– “Elyx et le grand pouvoir des petits gestes” par l’artiste intervenante Anna Principaud.
Avec une classe de CE1 de l’école élémentaire d’Alfred de Musset et une classe de CE1 de l’école élémentaire d’Estienne d’Orves de Noisy-le-Sec.
Ce projet s’appuie à la fois sur la pièce chorégraphique Seeds de Carolyn Carlson, sur l’exposition “Tes mains dans mes chaussures 2/3” présentée à La Galerie et sur le récit de Jean Giono L’homme qui plantait des arbres mis en dessins au fusain et en mouvement par l’artiste peintre Fréderic Back.
Séance 1 : visite de l’exposition à La Galerie et projection du dessin animé de Fréderic Back. Anna Principaud interroge les enfants sur la puissance de ces petits gestes qui par leur persévérance, leur qualité de soin transforment autant notre environnement que notre regard, nous invitant à une plus grande attention aux êtres et aux choses.
Séance 2 : Accompagnés de Marjorie Boussard qui travaille au service des espaces verts de la ville, les enfants partent à la découverte du quartier autour de leur école. La balade est l’occasion de découvrir un environnement naturel et ses cycles, un métier (ses gestes, ses missions, sa temporalité) mais aussi de récolter de manière respectueuse de petites branches d’arbres afin de créer un outil pour dessiner : du fusain.
Séance 3 : Avec cet outil graphique, fait de bois carbonisé, les enfants sont invités à donner vie à Elyx, petit personnage inventé par Yacine Aït Kaci – personnage qu’ils retrouvent lors du spectacle Seeds à la fin du projet-.
– “Cartographie affective des territoires de l’intime” par l’artiste intervenante Céline Drouin-Laroche.
Avec une classe  de CM1 de l’école élémentaire Quatremaire et une classe de CE2 de l’école élémentaire Rimbaud de Noisy-le-Sec.
A la suite du spectacle Le Pays de Rien de Nathalie Papin, mis en scène par Betty Heurtebise, une visite-atelier est proposée à La Galerie. Le temps est alors partagé en deux : lors de la visite, l’accent est mis sur le concept d’immatérialité présent au sein de l’exposition. Les cérémonies de l’artiste Béatrice Balcou, les recherches sensorielles de Myriam Lefkowitz, ainsi que les protocoles de Jean-Charles de Quillacq sont autant de pistes à débattre, à explorer ensemble autour de cette idée de “vide”, de “rien” et d’immatérialité, dans les espaces du centre d’art.
L’atelier qui suit s’empare de la notion de “rien”, dans une approche immersive et politique. Les enfants, assis en cercle, se retrouvent les yeux bandés. C’est l’immersion dans “le Pays de Rien”, il fait noir, on nous empêche de voir, il y a une contrainte sur le corps, une autorité. Pour s’échapper de ce “pays de rien” et de son roi dictateur, il faut désobéir. Chaque enfant projette alors ses propres désirs, envies, sentiments, rêves qui viendront peupler leurs pays respectifs. La consigne sera de traduire sur une feuille de papier et à l’aide de différentes craies de couleurs leurs visions de leur pays imaginaire. Quelle forme a t-il ? Quels êtres le peuplent ? Quelles idées y circulent ? etc. Les enfants gardent les yeux bandés lors de la phase de création. À mi-temps, ils ôtent les bandeaux, observent la traduction de leurs sensations et visions, pendant quelques minutes, puis remettent les bandeaux pour terminer la cartographie de leurs territoires intimes. Un temps de discussion autour des dessins clôt l’atelier.

2) “Parcours croisés” avec la Médiathèque Roger-Gouhier

La Galerie développe un partenariat avec la Médiathèque Roger-Gouhier autour d’ateliers d’écriture et de création numérique sur les thématiques des expositions en cours autour de “L’art en blog”, créé et administré avec les patients du Centre médico-psychologique et du Centre d’accueil thérapeutique à temps partiel de Noisy-le-Sec.

a. “Rendez-vous 3.0”
Autour de chaque exposition, les patients du Centre médico-psychologique et du Centre d’accueil thérapeutique à temps partiel de Noisy-le-Sec bénéficient d’une rencontre privilégiée avec l’art contemporain. Le groupe est reçu par l’artiste ou le commissaire d’exposition pour une visite commentée suivie d’un atelier plastique questionnant et expérimentant les notions abordées. Lors d’un deuxième rendez-vous à la Médiathèque Roger-Gouhier, cette expérience à La Galerie est retranscrite par les participants qui écrivent des articles et les illustrent puis les mettent en ligne sur L’art en blog.
Consulter les ateliers Rendez-vous 3.0

b. L’art en blog
Visite ludique de l’exposition en cours à La Galerie, suivie d’un atelier d’écriture collective à la Médiathèque mis en ligne sur le blog “L’art en blog”

c. Plastimédia
Ces ateliers s’articulent sur plusieurs séances et proposent une approche transversale de l’art contemporain par une création plastique et numérique (retouche d’images, recherche sur le web, découverte de nouveaux logiciels). Ces ateliers sont conçus à partir des thématiques de la saison et des expositions par les artistes–intervenants de La Galerie et le service multimédia de la Médiathèque Roger-Gouhier.

En 2016-2017

-“Programmes de remise en formes” par l’artiste intervenante Anna Principaud et Cyril Pirali, responsable de la section multimédia à la Médiathèque.
Avec un groupe d’adolescents de Externat Médico Éducatif / Institut Médico Éducatif Henri Wallon et un autre groupe d’adultes du Foyer de vie Orhan’Ger à Noisy-le-Sec.
Séance 1 : Découverte des différents protocoles mis en place par les artistes dans l’exposition “Tes mains dans mes chaussures 2/3” afin de créer des espaces singuliers d’écoute, d’expériences, de partage, des lieux de transmission de récits et de formes. A l’image de cette exposition en transformation, les participants sont invités à mettre en mouvement des matériaux selon des règles du jeu simples. Au début du “jeu”, différents éléments se trouvent au sol dans une zone délimitée par une ligne rouge. Il s’agit de faire passer certains de ces objets dans une autre zone, vide et délimitée par une ligne verte. A tour de rôle, chacun met en mouvement un élément. Apparaît progressivement une composition collective, un tableau. Les éléments sont ensuite photographiés individuellement et leur son enregistré.
Séance 2 : Chacun est invité à composer avec les images et les sons produits précédemment une proposition interactive. Avec les contraintes et possibilités d’un logiciel de programmation, chacun compose un tableau sonore, à la fois souvenir et réinvention du premier tableau commun. Un temps d’échange permet de découvrir la proposition de chacun et de voir comment la modification de certains paramètres du programme permet d’inventer de nouvelles règles du jeu pour mettre les éléments de nouveau en mouvement, virtuellement.
– “Oeuvres et algorithmes : à la recherche d’une écriture entrelacée” par Céline Drouin Laroche et Cyril Pirali
Avec une classe de CM2 de l’école élémentaire Carnot et une classe de 5e du collège René Cassin de Noisy-le-Sec
Autour du logiciel “Scratch”, l’enjeu est de partir à la découverte de l’exposition actuellement présentée à La Galerie par le biais d’une mission, tout en apprenant les prémices du codage, de l’écriture informatique. C’est ainsi que nous avons élaboré un scénario avec la classe de CM2, puis capturé des matériaux audio et visuels, pour ensuite les léguer à la classe de 5e qui a eu le loisir de poursuivre le codage.

Avec les associations et les institutions locales

Au-delà de l’accueil des groupes pour des visites et des ateliers, La Galerie co-construit des projets spécifiques en direction des associations et des institutions socio–culturelles.
N’hésitez pas à nous contacter pour concevoir ensemble une action de sensibilisation.

1) Dans le cadre du Contrat de Ville

 

2015-2016

“Et si mon regard était automatique”

2014-2015

“Et si… On allait à La Galerie pour apprendre de super trucs ?” par Florence Mariacher et l’équipe de La Galerie.

2) Formation des professionnels aux enjeux de la culture

L’équipe de La Galerie propose des actions de formation à la culture et aux enjeux de la médiation en direction des professionnels des associations socio-culturelles.

2013-2014
Journée professionnelle autour de la culture et de la parentalité
Pour Culture du Cœur 93
La Galerie a accueilli et participé à cette journée professionalisante organisée par l’association Culture du Cœur 93 en direction des acteurs du champ social du département de la Seine-Saint-Denis  le 20 décembre 2013.
http://www.culturesducoeur.org

3)  Dans le cadre des résidences d’artistes de La Galerie

2012-2013
“Andrew” projet de résidence des artistes Florentine et Alexandre Lamarche-Ovize :
Avec des participantes aux ateliers sociolinguistiques du Centre Social du Londeau, des parents d’élèves et choristes du Conservatoire municipal agréé de musique et de danse de Noisy-le-Sec, des agents du service des espaces verts de la ville et des membres de l’association Fortuna, création de spectacles d’évocations historique de Noisy-le-Grand.
Les deux artistes ont proposé un atelier collectif autour de la céramique qui s’adresse à des artistes et amateurs qui n’ont jamais ou très peu utilisé cette technique. Les artistes souhaitent par ces rencontres conviviales et expérimentales annuler les frontières entre les différentes pratiques grâce à un moyen unique d’expression : la terre.
Les pièces réalisées lors de ces ateliers ont été exposées avec celles des artistes à La Galerie, du 15 mars au 11 mai 2013.

Avec d’autres institutions d’art contemporain

1) Palais de Tokyo, Paris

Depuis 2003, le Palais de Tokyo accueille les jeunes de Noisy-le-Sec pour des visites guidées en écho aux expositions de La Galerie.

2013-2014
“Jeu est toi” par Lola González.
Avec deux classes de CP et de CM2 de l’école élémentaire Quatremaire, Noisy-le-Sec.
Construit spécifiquement par l’artiste Lola González invitée dans les exposition “Bonjour tristesse, désir, ennui, appétit, plaisir” et “Adieu tristesse, désir, ennui, appétit, plaisir” à La Galerie, ce projet en trois séances propose aux enfants d’apprendre a exprimer leurs émotions et à les revendiquer en brandissant des banderoles et des pancartes au centre d’art, puis dans l’exposition “Anywhere, Anywhere, Out Of The World” de Philippe Parreno au Palais de Tokyo.

2) Centre Photographique d’Île de France

2013-2014
– “Être là : Comment l’intime travaille le réel ?” par Lola Gonzàlez et Anna Principaud
Projet Inter-établissement, dispositif de l’Éducation nationale
En partenariat avec le Centre Photographique d’Île-de-France, Pontault-Combault.
Le long de la ligne de RER E se dessine un parcours artistique, jalonné par plusieurs centres d’art contemporain. La Galerie et le Centre Photographique d’Île-de-France proposent de partir à leur découverte avec le projet “Être là : Comment l’intime travaille le réel ?”.
Les expositions monographiques de Guy Tillim “Second Nature” et de Mehdi Meddaci “Nous nous sommes levés” au CPIF et l’exposition collective “Bonjour tristesse, désir, ennui, appétit, plaisir” à La Galerie invitent les enseignants et les élèves à un déplacement.

– Projet par Lola Gonzàlez
Avec la classe de 1ère “gestion/administration” du Lycée d’enseignement professionnel Louis Lumière, Chelles.
Lors d’une première rencontre à La Galerie et de la visite de l’exposions “Bonjour tristesse, désir, ennui, appétit, plaisir” où les élèves ont vu mes vidéos, nous avons pu discuter autour de la part d’improvisation, de confiance en soi et en l’autre que nécessite ma recherche. Pour ce projet se déroulant en 5 séances, ma proposition était de créer des scénettes inspirées du quotidien des élèves. En premier lieu, nous avons mis en place des jeux permettant une meilleure prise de parole en public et de prendre conscience de son corps par des déplacements dans l’espace de la classe.
Ensuite est venu le temps de l’écriture de scénarios courts et instinctifs directement mis en scène et filmés. En travaillant par petits groupes de 5, en classe entière, à deux ou bien seul, les élèves ont pu expérimenter la question du regard de l’autre, l’écoute et la capacité de chacun à lâcher prise. Durant les trois dernières séances, les élèves ont pu manipuler des outils simples mais indispensables à la création d’images en mouvements (micros, perches, casque, caméras) grâce à la présence de Thibaut Coqueret, monteur cinéma, qui nous a prêté du matériel professionnel.

– “Mondo zurdo”, par Anna Principaud
Avec la classe de terminales S et ES option arts plastiques du Lycée Clément Ader, Tournan-en-Brie,
Au départ, une question : “Être là : comment l’intime informe le réel ?”.
Nous avons vu ensemble que l’intimité ne relevait pas uniquement de la sphère privée mais qu’elle était dès le départ à examiner dans ses relations au politique et à l’espace public. Ce fut l’occasion de repenser les émotions, le corps, le langage comme des agents multiples et actifs donnant forme à l’espace social. Cet aller-retour entre soi et les autres nous a amené à explorer un thème développé par Gloria Anzalduà, une poétesse, universitaire et militante féministe américaine d’origine mexicaine : “El Mundo Zurdo”, que l’on pourrait traduire par un “monde gaucher, gauche, bizarre”. Gloria Anzalduà décrit ce monde-là comme un “entre-deux”, une frontière à entendre comme ressource, lieu stratégique à partir duquel penser. C’est un seuil, un lieu de mélanges, d’échanges, d’invention. Dans “El Mundo Zurdo”, nous sommes à la fois interconnectés les uns aux autres et conscients de notre singularité. Matérialisé dans un corps, un langage, un espace, il est toujours en transformation, en renégociation. Les étudiants devaient révéler ce “mundo zurdo” à travers leurs propositions. Ce pouvait être un geste, un objet, une danse, des mots, un son, un aménagement urbain… Toutes les formes étaient possibles du moment qu’elles exploraient cet espace “entre”. Seule contrainte : déployer cette proposition le long d’un parcours à créer ensemble dans la ville où se situe le lycée. Cette marche, rythmée par les propositions de chacun, a eu lieu le 11 avril 2014 à Tournan-en-Brie et dont témoigne un livret remis aux élèves.

Avec l’Éducation nationale

Depuis sa création, La Galerie fait intervenir des artistes en milieu scolaire, afin de familiariser les élèves à la création contemporaine. Pour cela le centre d’art fait partie du groupe Arts visuels de la Délégation académique à l’action culturelle et artistique du Rectorat de Créteil et s’inscrit dans les différents dispositifs en direction des collèges du département de la Seine-Saint-Denis.

 

1) La Culture et l’Art au Collège, dispositif départemental

Intervention d’un artiste au collège pour 20h d’ateliers, 10h de sorties culturelles et 10h de restitution.

 

2016-2017

Projet par Hélène Deléan

Avec une classe de 4ème SEGPA, Collège Jacques Prévert, Noisy-le-Sec

2015-2016

“Fais attention !” par Anna Principaud
Avec une classe de 4ème SEGPA, Collège Jacques Prévert, Noisy-le-Sec
“Fais attention” : qu’imaginons-nous en entendant ces deux mots ? Est-ce être prudent ? Méfiant ? Protecteur ? Attentif ? Curieux ? Ouvert ? Faire attention, est-ce se transformer en bouclier, en mouche, en éponge ou en ange gardien ?
Lors de la première étape du projet, nous réalisons de manière répétée un exercice où l’un guide l’autre qui a les yeux bandés. Nous développons nos capacités à faire confiance, à accompagner, à faire découvrir, à être plus attentif aux sensations (espace, sons, toucher…). Puis nous essayons de mettre des mots sur ce qu’on ressent, de nommer, de qualifier ces sensations.
La deuxième étape consiste en un travail photographique dans les rues de Noisy-le-Sec. Le long d’une promenade, nous avons réalisé des photos à partir d’une liste d’adjectifs qui ne sont pas toujours liés à une image. De quoi se poser des questions et affûter notre imagination et notre attention.
À partir d’une première liste, nous nous sommes mis d’accord sur 5 défis :
Que pourrait être une photo mondiale ? Une photo étoilée ? Miroir ? En duo ? Dangereuse ?
Après la promenade, nous avons allongé la liste : Que serait une photo filée ? Suspecte ? Libérée ? Fragile ? Souriante ? Carnivore ? Et bien d’autres…

2014-2015

“L’auto-filmage : de l’art vidéo à la télé-réalité” par Arnaud Dezoteux
Depuis le début de l’année, nous prenons comme supports de réflexion des vidéos d’artistes, des extraits de télé-réalités ou encore des films de fiction pour s’interroger ensemble sur la manière dont notre intimité s’expose au travers des médias et des représentations filmiques. Grâce à l’utilisation d’une caméra, les élèves s’essayent au portrait-vidéo comme à l’invention de scènes d’actions, en tentant à chaque fois de mêler leur histoire personnelle à des ébauches de fiction.

Sur le mode de la bande-annonce, le film présenté ici montre une vision fantastique du quotidien des collégiens. À mi-chemin entre le journal filmé et le film de genre, il s’agit pour les élèves de questionner leur rapport à la caméra et à la présentation de soi. L’approche de la vidéo, l’analyse et la déconstruction des codes des images permettent également de développer une réflexion critique afin que les élèves puissent construire leurs propres repères dans le monde médiatique contemporain.

2013-2014
“Tous les artistes s’appellent Robert” par Thibault Brébant,
Avec la classe de 6ème du Collège Olympe de Gouges, Noisy-le-Sec.
À partir de l’exposition personnelle de Laura Lamiel et de visuels de la chambre à coucher que le metteur en scène américain Robert Wilson a installé au Louvre (11 novembre 2013 – 17 février 2014), comprenant un grand lit, des objets trouvés et de design et des œuvres de ses amis, nous écrivons une série de fragments d’histoires décousues, de situations fantaisistes. Dans ces histoires, nous glissons des petits bouts de notre vie quotidienne, de nos lectures, de nos rêves… Comment faire autrement ? De façon spontanée, nous mettons en scène ces textes dans le collège. En choisissant  certains endroits précis comme décors, nous rendons à ces lieux leur potentiel de mystère et d’étrangeté. Ces différentes propositions sont autant d’invitations à rêver, imaginer et repenser de façon ludique notre relation quotidienne avec ce lieu d’apprentissage. Ce projet permet de découvrir des artistes et des œuvres interrogeant, chacun à leur manière, les relations complexes qui unissent l’art et la vie.

2012-2013
“Une minute chorégraphique” par Thibault Brébant
Avec la classe de 3ème 3 du Collège Olympe de Gouges, Noisy-le-Sec
Du mois de novembre 2012 au mois de février 2013, Thibault Brébant propose aux élèves une réflexion ludique et expérimentale sur le corps du spectateur dans l’espace d’exposition. L’objectif est d’écrire et de documenter par le dessin une petite pièce chorégraphique, avec comme partition l’exposition de Virginie Yassef au centre d’art. Dans ce cadre, les élèves rencontrent la chorégraphe Dominique Brun et pratiquent un atelier avec un danseur de sa compagnie autour de la création du Sacre #197, spectacle vu par les élèves au Théâtre des Bergeries. Ils suivent également une initiation à l’histoire des expositions et aux questions liées à l’accrochage des œuvres d’arts.

2) “In Situ International, artistes en résidence dans les collèges”, dispositif départemental

Résidence de 40 jours au sein du collège pour un artiste ou un collectif étranger.

En 2013-2014
Collectif Åbäke

Avec la classe de 5e 4 du Collège Henri Sellier, Bondy.

Le collège Henri Sellier de Bondy a accueilli en résidence le collectif Åbäke basé à Londres. Tout au long de leur résidence au collège, le groupe Åbäke propose une expérience unique de leur environnement quotidien. Pour les artistes, l’art peut se rencontrer partout y compris dans les endroits les plus inattendus. Ils invitent ainsi les élèves a réaliser diverses expériences: inventer un jeu avec tout le matériel de sport, peindre un mur d’une couleur choisie de façon collective, construire la maquette de la cour à l’échelle des valeurs de chacun…

Le centre d’art élabore un programme culturel afin d’accompagner les élèves dans cette rencontre avec l’art : visite de l’Espace Khiasma (Les Lilas), des expositions  “Adieu tristesse, désir, ennui, appétit, plaisir” dans laquelle une photo décalée de la classe était présentée et “Voyage au centre Pompidou” et du Cyclop à Milly-la-Forêt.

3) Classe à Projet Artistique et Culturel, dispositif de l’Éducation nationale

Intervention d’un artiste en classe pour 12h à 15h d’ateliers et de sorties culturelles.

2014-2015

“Let’s Talk!’’ par Anna Principaud
Le projet “Let’s Talk!’’ souhaite amener les élèves à s’approprier et à transformer des images et des mots trouvés. Il s’agit de s’interroger sur leurs modes d’apparition : comment les percevons-nous, quel temps de lecture leur consacrons-nous, quels usages en faisons-nous. Nous analysons le rapport particulier que nous avons à ces images et à ces mots, mais nous en faisons surtout un matériau à partir duquel créer.

À partir de slogans politiques ou publicitaires et d’images trouvés, les élèves opèrent des découpes, créent de nouveaux liens, de nouvelles compositions texte-image. Ils s’approprient ce matériel existant pour créer une composition dont ils puissent porter de manière personnelle les mots et les images. Nous travaillons la matérialité de ces images et de ces mots, les déplaçant, les déformant à travers les techniques du collage et de l’estampe. Chaque élève opère sur un pan de tissu enduit d’une hauteur de 1m30 sur 50cm. Nous réfléchissons ensuite collectivement à la mise en espace de ces pans de tissus puis réalisons un travail photographique témoignant de multiples points de vue.

2013-2014
“De ces drôles de petites bêtes nous nous sommes joués comme elles se jouent de nous’’ par Thibault Brébant
Avec la classe de 3ème du Collège Jean-Baptiste Corot, Le  Raincy.
Un étrange objet a fait irruption dans la classe. Il s’agit d’une petite sculpture ayant pour particularité de se nourrir des rêveries des élèves et des émotions qui les parcourent pendant les heures de classe. Un mois durant, les élèves sont invités à faire le compte-rendu le plus précis possible de ses différentes expériences intimes, à les noter sur de petits bouts de papiers et à les glisser dans la sculpture. Une fois pleine, cette sculpture est brisée comme une tirelire. À l’aide de ces différents fragments anonymes, les élèves imaginent une série de petites scénettes qu’ils rejoueront pendant un cours de français.
Par la mise en scène, l’improvisation et l’exagération, nous donnons à voir un peu de ces riches moments d’inattentions et de rêveries auxquelles nous sommes quotidiennement soumis.

2012-2013
– “Moi, mon électro’’ par Pauline Curnier Jardin

Avec la 1ère Bac professionnel “électrotechnique’’ du Lycée d’enseignement professionnel Théodore Monod, Noisy-le-Sec
Menée par l’artiste Pauline Curnier Jardin (résidente à La Galerie en 2011/2012) cette classe à PAC permet la réalisation de six fictions sonores en cinq séances avec une visite de l’exposition “Un mur de sable vient de tomber’’ de Virginie Yassef à La Galerie. Les histoires sont diffusées au lycée lors des Portes ouvertes, et toujours en écoute sur le blog de La Galerie :
Ecouter Moi, mon électro

 

– “La fabrique de fictions : autour du jeu’’ par Thibault Brébant
Avec une classe de 6ème du Collège Jean-Baptiste Corot, Le Raincy
La notion de jeu présente dans le travail artistique de Thibault Brébant sert à aborder les expositions de façon spéculative et sensorielle et est aussi comme machine productrice d’histoires et de gestes. Les élèves créent un prototype de jeu qui est également un outil de médiation. Ce jeu est testé sur les expositions de Virginie Yassef “Un mur de sable vient de tomber’’, “Ricochets’’ et “Prototypes d’Objets en fonctionnement (POF)’’ de Fabrice Hyber au MAC/VAL, Vitry-sur-Seine.

4) Projet Inter établissement, dispositif de l’Éducation Nationale

2013-2014

“Être là : Comment l’intime travaille le réel ?’’
En partenariat avec le Centre Photographique d’Île-de-France, Pontault-Combault.
Le long de la ligne de RER E se dessine un parcours artistique, jalonné par plusieurs centres d’art contemporain. La Galerie et le Centre Photographique d’Île-de-France proposent de partir à leur découverte avec le projet “Être là : Comment l’intime travaille le réel ?’’.
Les expositions monographiques de Guy Tillim “Second Nature’’ et de Mehdi Meddaci “Nous nous sommes levés’’ au CPIF et l’exposition collective “Bonjour tristesse, désir, ennui, appétit, plaisir’’ à La Galerie invitent les enseignants et les élèves à un déplacement au CPIF.